+

/

France-Oural est née au moment ou la région de l’Oural, si longtemps isolée du monde était en train de s’ouvrir au tout début des années 90. L’association s’est peu à peu structurée en ouvrant son premier bureau à Paris en 1995. France-Oural compte désormais quelques 300 membres en France et en Russie et dispose d’une équipe de salariés permanents.

L’engagement européen de l’Association l’amène à travailler concrètement au rapprochement entre la partie occidentale de l’Europe, et plus particulièrement la France, et sa partie orientale, dont la région de l’Oural est davantage le centre qu’une frontière. L’avenir de l’Europe, compte tenu de l’évolution constante des frontières de l’UE et du développement de la société civile des ex-pays soviétiques et de la Russie, a permis à des ONG comme France-Oural de jouer un rôle important dans le renforcement des échanges et des partenariats intereuropéens. L’association France-Oural s’est de plus, dés l’abord, placée dans une optique de coopération interrégionale.

France-Oural a tissé des liens de partenariat avec plusieurs entités Ouraliennes : des autorités locales (région de Sverdlovsk, villes d’Ekaterinbourg, de Perm, d’Ijevsk….), l’Alliance Française d’Ekaterinbourg, des organismes sociaux, des acteurs culturels et médiatiques, des entreprises et des intervenants économiques dans l’Oural et en France. Grâce à ses réseaux et à son expérience, l’association dispose aussi de partenaires dans d’autres régions de la CEI et dans le reste de l’Union Européenne. Tous ces partenariats et ces actions communes permettent à l’association de jouer un véritable rôle de « diplomatie de terrain » et d’être au fait des évolutions sociales, économiques et culturelles dans les ex-pays de la CEI et au niveau des coopérations bilatérales.

L’association partage aussi ses expériences et joue volontiers des synergies avec plusieurs réseaux d’ONG et de plateformes coopérant avec l’est de l’Europe (Comité PECO, Cercle Kondratieff, France-Russie CEI, Russie 21, Centre de Langue et de Culture Russes, Union des Russophones de France, Maxim and Co…). Cela lui permet, avec des partenaires ad hoc, de répondre à des appels à projet, d’organiser des manifestations et événements et de contribuer à son niveau à un renforcement de la coopération dans tous les domaines entre les sociétés civiles françaises et russes.

Les projets et programmes de coopération de France-Oural, humanitaires, culturels et économiques, impliquent souvent un partenariat pluri-acteurs (autorités locales, acteurs institutionnels, ONG, organismes scolaires et sociaux, entreprises), permettant, par des réalisations concrètes portées au cœur des régions, de contribuer à un véritable développement d’une société civile autonome et porteuse d’initiatives.

Dans toutes ces actions, il n’est pas question de « leçons » ni d’assistance, mais bien d’échanges et de préservation des intérêts mutuels bien compris dans notre maison commune l’Europe.

Entre 2003 et 2005, France-Oural a mené à bien un programme intitulé « Les Voix de l’Espoir » avec l’appui de l’Union Européenne dans le cadre des financements TACIS/IBPP. Il s’agissait d’un projet de soutien et de formation pour les services téléphoniques de lutte anti-drogue et contre la violence familiale à Ekaterinbourg. Le programme a connu un tel succès qu’il a été suivi « d’un Festival Anti-Drogue » mis en œuvre avec un partenaire local, l’UFSI (Fond Ouralien d’Innovation Social) et un soutien de la MILDT (Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie) qui a permis a de nombreux jeunes et au grand public de toute la région (5 millions d’habitants) d’être informés sur les dangers de la toxicomanie et de rencontrer des organismes sanitaires, sociaux ou policiers susceptibles de les aider.

Dans le domaine culturel, l’association a organisé plusieurs concerts et spectacles et notamment un Festival de musique française à Ekaterinbourg en partenariat avec la Philharmonie de l’Oural en 2002.

La francophonie et la russophonie sont des axes privilégiés de l’action de l’association. Leur vigueur est l’une des meilleures manifestations d’un monde multipolaire garantissant la diversité culturelle et linguistique.

De 1993 à 1998, l’association a publié avec plusieurs partenaires ouraliens dont l’Institut de Recherche Ecologique et les sociétés Quorus et Ecomed une lettre d’information mensuelle « Lettres d’Oural ». Il s’agissait de la première publication à donner en français une information fiable et objective sur une région russe encore rarement accessible aux étrangers à l’époque.

L’association a également proposé à des partenaires russes, la création d’une Maison de l’Oural à Paris, véritable représentation culturelle, touristique et économique de la région en Europe occidentale. Les études de faisabilité sont en cours au jour d’aujourd’hui.

Dans la lignée de ces actions culturelles, France Oural a initié, en partenariat avec la Fondation Eltsine, le Prix Russophonie 2007, visant à récompenser la meilleure traduction d’un ouvrage russe en français.

L’association se doit aussi de faciliter les échanges humains notamment en contribuant à l’organisation de voyages associatifs en France et dans l’Oural. France-Oural aide ses membres à découvrir la Russie autrement en facilitant les rencontres entre Ouraliens et français de tous horizons.

Enfin, le renforcement des échanges économiques entre la France et la Russie est essentiel pour l’établissement de liens solides et pérennes garantis par des intérêts communs. Grâce à sa connaissance du terrain et des partenariats locaux éprouvés dans l’action humanitaire et culturelle, France-Oural peut y contribuer efficacement. L’association a, dans le passé, participé à plusieurs opérations de promotion économiques en France et en Russie. Et dans l’avenir, fidèle à sa vocation de rapprochement des européens de l’Est et de l’Ouest, France-Oural se positionnera sur les évolutions de ce créneau enfin porteur grâce à la croissance économique russe.