+
blog

PRIX RUSSOPHONIE
Meilleure traduction littéraire de l’année du russe vers le français


Prix Russophonie 2018 - Lauréat : Yvan Mignot

Yvan Mignot et son éditrice Colette Olive - Yvan Mignot reçoit le prix Russophonie - Yves Gauthier MENTION SPÉCIALE - Cécile Giroldi - German Sadulaev lit la version russe de son texte traduit par Cécile Giroldi - Jean Christophe Peuch - Christine Zeytounian Beloüs -

// Le prix Russophonie décerné dans le cadre des journées europèennes du livre russe et des littératures russophones organisées par France Oural

 Prix Russophonie 2018

Yvan Mignot lauréat du 12e prix Russophonie

Yvan Mignot

a reçu samedi 3 février le 12e prix Russophonie

pour sa traduction de

ŒUVRES : 1919-1922 de Velimir Khlebnikov, 

parue aux édition Ed.Verdier

Le prix lui a été remis lors des Journées du livre russe cette année consacrées aux Femmes dans la littérature russe, auteures et héroïnes qui ont rassemblé de nombreux auteurs parmi lesquels Ludmila Oulitskaïa, Zakhar Prilepine, Roman Sentchine, Alissa Ganieva, Sergueï Chargounov, Elisabeth Alexandrova-Zorina, Elena Tchijova…

Avec cette traduction d’Yvan Mignot, c’est la 4e fois qu’une traduction des éditions Verdier est récompensée par le prix Russophonie cette fois pour une entreprise ambitieuse autant qu’audacieuse, que représente la première publication de l’œuvre d’un poète mort en 1922, que beaucoup considéraient comme le plus grand, et qui clama en son temps la nécessité d’inventer une langue nouvelle, le « Zaoum » ou « langue d’outrâme universelle».

Seul un poète pouvait mener à bien cette entreprise impossible c’est le cas d’Yvan Mignot qui creuse depuis de nombreuses années son sillon autour de l’œuvre de Vélimir Khlebnikov et nous livre cette traduction inspirée.

Les traducteurs sélectionnés étaient

Yves Gauthier pour L’ours est mon maître de Valentin Pajetnov, Ed. Transboréal

Cécile Giroldi pour Je suis Tchétchène de German Sadulaïev, Ed. Louison 

Jean-Christophe Peuch  pour Suicide  de Marc Aldanov, Ed. des Syrtes

Christine Zeytounian-Beloüs pour Le livre invisible suivi du journal invisible de Sergueï Dovlatov,  Ed. La Baconnière

Créé en 2006 par l’Association France-Oural et la Fondation Eltsine, Le prix Russophonie récompense la meilleure traduction du russe vers le français quelle que soit la nationalité de l’auteur, du traducteur ou de l’éditeur.

Association France-Oural 14 rue des Tapisseries 75017 Paris

http://www.prix-russophonie.fr – 33(0)1 46 22 55 18 prix.russophonie@gmail.com

**

 Иван Миньо – лауреат 12 премии Русофония

В субботу 3 февраля Ивану Миньо была вручена 12 Премия Русофония за его преревод «Произведения: 1919-1922» Велимира Хлебникова (издательство Verdier) .

Перевод Ивана Миньо приносит издательству Verdier уже четвертую Премию Русофония, в этот раз за начинание, настолько же грандиозное, насколько и рискованное – первую публикацию произведений поэта, скончавшегося в 1922 г., которого многие считали одним из самых великих, и, который призывал, в свое время, к созданию нового поэтического языка «Заума» или «Звездного языка». Только такой поэт, как Иван Миньо, который в течении многих лет углублялся в произведения Велимира Хлебникова, мог справиться с настолько непосильной задачей и подарить нам этот вдохновенный перевод.

Премия была вручена во время ДНЕЙ РУССКОЙ КНИГИ, посвященных в этом году, – Женщинам – авторам и героиням в русской литературе, с участием Людмилы Улицкой, Захара Прилепина, Романа Сенчина, Алисы Ганиевой, Сергея Шаргунова, Елизаветы Александровой-Зориной, Елены Чижовой и многих других писателей.

Номинанты на Премию Русофония, прошедшие отбор жюри:

Ив Готье за перевод «Моя жизнь в лесу и дома» Валентина Пажетнова (Изд-во Transboréal)

Сесиль Жирольди за перевод «Я – чеченец!» Германа Садулаева (Изд-во Louison)

Жан-Кристоф Пёш за перевод «Самоубийство» Марка Алданова (Изд-во Des Syrtes)

Кристин Зейтунян-Белоус за перевод «Невидимая книга / Невидимая газета» Сергея Довлатова (Изд-во La Baconnière)

Основанная в 2006 г. Ассоциацией Франция-Урал и Фондом Ельцина, Премия Русофония награждает за лучший перевод с русского на французский, вне зависимости от национальности автора, переводчика или издателя.

Ассоциация ФранцияУрал 14 rue des Tapisseries 75017 Paris

http://www.prix-russophonie.fr – 33(0)1 46 22 55 18 prix.russophonie@gmail.com

**

  КОММЮНИКЕ

Короткий список 12-й Премии « Русофония »

Жюри премии «РУСОФОНИЯ», присуждаемой за лучший литературный перевод с русского языка на французский, по итогам собрания. определило короткий список номинантов на 12-ю по счёту премию. В него вошли следующие переводчики:

Ив ГОТЬЕ,

перевод «Моя жизнь в лесу и дома»,

автор Валентин Пажетнов, издательство «Transboréal»

Сесиль ЖИРОЛЬДИ,

перевод «Я – чеченец!»,

автор Герман Садулаев, издательство «Louison»

Иван МИНЬО,

перевод «Произведения: 1919-1922»,

автор Велимир Хлебников, издательство «Verdier»

Жан-Кристоф Пёш,

перевод «Самоубийство»,

автор Марк Алданов,

издательство «Des Syrtes»

 

Кристин ЗЕЙТУНЯН-БЕЛОУС,

перевод «Невидимая книга / Невидимая газета»,

автор Сергей Довлатов, издательство «La Baconnière»

Имя лауреата будет объявлено 3 февраля 2018 г. в 18ч.30 на церемонии вручения премии «РУСОФОНИЯ» в Мэрии 5-го округа Парижа, в рамках проведения «Дней русской книги и русскоязычных литератур».

Учреждённая в 2006 г. по инициативе Фонда первого президента России Б.Н. Ельцина и Ассоциации «Франция-Урал», Премия «Русофония» вручается за лучший литературный перевод с русского языка на французский, независимо от национальности автора или издателя. Переводчику вручается денежная премия и памятная скульптура.

За дополнительной информацией обращаться к Кристин МЕСТР

 +33 607 89 47 16 prix.russophonie@gmail.com

**

 

Cérémonie de remise du 12e Prix Russophonie pour la meilleure traduction du russe vers le français

Samedi 3 février – 18h30 – Salle des Fêtes – Mairie du 5e

Fondé en 2007 par l’Association France-Oural et la Fondation Eltsine le prix Russophonie a récompensé un traducteur et onze traductrices pour des traductions d’œuvres extrêmement diverses : romans, biographies, poésie, essais littéraires d’auteurs modernes ou classiques.

Pour la douzième édition, le jury a retenu a retenu cinq traductions parmi un peu plus de soixante- dix ouvrages parus dans l’année.

Les traducteurs sélectionnés pour le prix 2018 sont :

*

Yves Gauthier  pour
L’ours est mon maître de Valentin Pajetnov –  Ed. Transboréal

*

Cécile Giroldi pour
Je suis Tchétchène de German Sadulaïev – Ed. Louison

*

Yvan Mignot pour
Œuvres : 1919-1922 de Velimir Khlebnikov – Ed.Verdier

*

Jean-Christophe Peuch  pour
Suicide  de Marc Aldanov, Ed. des Syrtes

*

Christine Zeytounian-Beloüs  pour
Le livre invisible suivi du journal invisible  de Sergueï Dovlatov,  Ed. La Baconnière

*

Le nom du ou de la lauréat(e) sera dévoilé, lors de la remise du prix

le samedi 3 février 2018 à 18h30 dans la salle des fêtes de la Mairie du 5ème

**

 

 

Prix Russophonie 2017

Le Prix Russophonie qui récompense la meilleure traduction littéraire de l’année du russe vers le français, a été créé par le Centre Présidentiel Boris Eltsine et l’association France Oural.

Moment de rencontre privilégié des spécialistes et amoureux de la littérature russe, le Prix Russophonie a donné naissance en 2010 aux Journées du Livre Russe qui se déroulent à la Mairie du 5e arrondissement de Paris et rassemblent de nombreux auteurs, slavistes et amateurs de littérature. C’est désormais dans ce cadre que le prix est remis chaque année.

Cette année encore de nombreuses personnalités étaient présentes lors de la cérémonie de remise du prix, dont Madame Florence Berthout,  Maire du 5e arrondissement de Paris, S.E.M. Alexandre Orlov, Ambassadeur de Russie en France, S.E.M. Alexandre Kouznetsov, Ambassadeur, délégué permanent de la Fédération de Russie auprès de l’UNESCO   ainsi que les écrivains invités, des traducteurs et de nombreux représentants du milieu littéraire franco-russe.

 

Prix Russophonie 2017CATALOGUE PRIX 2017

La Fondation Jan Michalski pour l’écriture et la littérature La Fondation Jan Michalski pour l’écriture et la littérature

 

 

L’EDITO de Christine Mestre

C’est aussi, à travers les traductrices, le travail des professeures et des éditrices qui est récompensé.

Ouverte par la remise du prix Nobel à une écrivaine russophone, Svetlana Alexeevitch, La période couverte par le prix 2017 s’achève par l’élection à l’académie française d’Andreï Makine, membre du premier jury du prix Russophonie ! deux événements qui s’inscrivent chacun à sa manière dans la tradition de ce que la langue et la culture russe apportent depuis plus d’un siècle à notre culture.

L’année 2016 a été marquée par une production stable de traductions du russe : à côté des rééditions (Alexeevitch, Dostoïevski) certes trop peu nombreuses, ce sont plus de 60 nouvelles traductions par 48 traducteurs chez 45 éditeurs parmi lesquels, note le jury, on constate la quasi-absence des « grandes maisons ».

Certains, L’Herne, Interférences restent fidèles aux classiques. D’autres Christian Bourgois, Le Bruit du temps, Circé s’attachent à faire connaître des voix en leur temps étouffées ; Alidades, après plusieurs ouvrages consacrés à la prose de Vampilov publie une de ses pièces. Plus nombreux sont ceux qui ont fait le choix de la littérature contemporaine : c’est le cas de l’Atalante, de l’Aube, des Escales, de Mirobole, de Noir sur Blanc, du Ver à Soie, de Verdier, de deux jeunes maisons tournées essentiellement vers la Russie : Masha publishing et Louison Editions*, mais également de maisons qui publiaient pour la première fois des ouvrages traduits du russe : Agullo (Refuge 3/9 d’Anna Starobinets prix des Utopiales 2016), Le tripode (Le voyage de Hanumân d’Andreï Ivanov)  et Monsieur Toussaint Louverture (La Maison dans laquelle de Mariam Petrosyan déclaré Meilleur livre de l’année par le Magazine LiRE 2016 Catégorie Fantastique).

La sélection du jury rend compte de cette diversité des œuvres, des maisons et des traductrices qui les portent. Cette année, comme pour la toute première édition du prix, qui avait récompensé Jean-Baptiste Godon, élève d’Anne Coldefy, qui le publiait dans la collection qu’elle dirige chez Verdier, c’est une toute jeune traductrice, Fanchon Deligne, formée à la Fabrique des traducteurs de russe organisée par le CITL qui est récompensée pour sa première traduction que lui a confiée Sophie Benech et c’est aussi, à travers les traductrices, le travail des professeures et des éditrices qui est récompensé.

* La vitalité de l’édition et les efforts de son directeurs n’ont pourtant pas suffi à sauver la mythique librairie du Globe qui doit sa survie à son rachat par Louison éditions. En même temps que nous nous réjouissions de ce dénouement, nous nous trouvions confrontés à une situation épineuse car François Deweer, membre du jury depuis 2015, se trouvait de fait juge et partie. Le rachat s’étant fait en octobre, alors que le jury arrivait au bout de ses lectures. Afin de ne pas déséquilibrer le jury et de permettre d’établir un palmarès en toute impartialité, les membres du jury ont décidé de s’appuyer sur la règle qui s’appliquait déjà à toutes les traductions d’ouvrages qui impliquaient de près ou de loin un membre du jury, en excluant les ouvrages publiés par Louison éditions, ce que nous regrettons cependant vivement pour les traducteurs.

UN JURY TRÈS IMPLIQUÉ ET RENOUVELÉ

En 2017, Natalia Jouravliova, écrivaine russe résidant en France est venue remplacer l’écrivain russe Evgueni Bounimovitch aux côtés de Gérard Conio, François Deweere, Françoise Genevray, Irène Sokologorsky.

Le jury et sa directrice, Christine Mestre sont mobilisés non seulement dans le cadre du prix mais également pour l’animation ou la participation à des tables rondes,  des rencontres, des conférences dans le cadre des Journées du Livre Russe, du Salon du Livre de Paris ou d’autres manifestations encore, comme, notamment le Festival Quartier du Livre organisé chaque année dans le 5e arrondissement de Paris.

 

Cette année le choix du Jury s’est porté sur

la traduction de Fanchon Deligne pour

Le couloir blanc : souvenirs autobiographiques : de la naissance à l’exil de Vladislav Khodassevitch

aux éditions Interférences.

LE COULOIR BLANC

LE COULOIR
BLANC

parmi les quelque 70 parutions de l’année 5 ouvrages étaient sélectionnés:


Fanchon Deligne pour

Le couloir blanc : souvenirs autobiographiques : de la naissance à l’exil De Vladislav Khodassevitch aux éditions Interférences

*****
Marianne Gourg-Antuszewicz pour

L’hôtel du futur de Gaïto Gazdanov aux  éditions Circé

****
Hélène Henry  pour

Le Voyage de Hanuman D’Andreï Ivanov aux éditions Le Tripode

*****
Anne de Pouvourville  pour

Un poète fusillé : vers choisis De Nilolaï Oleïnikov aux éditions Gallimard

******
Macha Zonina pour

Le Pont sur la Nerotch Léonid Tsypkine aux éditions Christian Bourgois

Communiqué Sélection du 11e prix Russophonie

Communiqué du 11e prix Russophonie : Fanchon Deligne

 

Contact, informations : CHRISTINE MESTRE, tél 06 07 89 47 16

prix.russophonie@gmail.com
Association France-Oural 14 rue des Tapisseries 75017 Paris
http://www.prix-russophonie.fr

Contact, informations :
Association France-Oural 140 rue de Saussure 75017 Paris
33(0)1 46 22 55 18
prix.russophonie@gmail.com

// Editions Prix Russophonie







Uncategorized     admin     No Comments

Edition 2016

Le jury du prix Russophonie pour la meilleure traduction du russe vers le français, réuni le 15 novembre 2016, a sélectionné 5 traductrices pour la 11e édition du prix Fanchon Deligne pour Le couloir blanc...







Uncategorized     admin     No Comments

Edition 2015

Hélène Sinany lauréate du 9e prix Russophonie pour sa traduction du Persan d’Alexander Ilichevsky, éditions Gallimard, 2014 Hélène Sinany a enseigné à la Sorbonne (Paris-IV), puis comme traductrice au Service français de traduction à l’ONU...







Uncategorized     admin     No Comments

Edition 2014

Le jury du prix Russophonie a remis, le 1er février 2014, le 8e prix Russophonie. La lauréate, Françoise Lhoest a été récompensée pour sa traduction des Lettres de Solovki de Pavel Florensky, publiée aux éditons...







Uncategorized     admin     No Comments

Edition 2013

La remise du Prix Russophonie 2013 à la Mairie du Ve arrondissement Le jury 2013 : Dimitri de Kochko, Alexandre Drozdov, Agnès Desarthe, Christine Mestre, Gérard Conio, Françoise Genevray, Evgueni Bounimovitch et Irène Sokologorsky. Interprète...







Uncategorized     admin     No Comments

Edition 2007

Pour la première édition, le jury présidé par Andreï Makine, a distingué cinq ouvrages parmi les 32 en compétition. Le prix a été remis le 27 janvier 2007 lors d’une cérémonie qui s’est déroulée au...







Uncategorized     admin     No Comments

Edition 2008

Pour la deuxième édition du Prix Russophonie le jury constitué de spécialistes de la littérature en langue russe et de l’écrivain ukrainien Andreï Kourkov a récompensé Joëlle Dublanchet pour ses traductions de Pathologies de Zakhar Prilepine (...







Uncategorized     admin     No Comments

Edition 2009

Le 3ème Prix Russophonie a été décerné le 17 janvier 2009 à Hélène Châtelain pour la traduction d’Eloge des voyages insensés de Vassili Golovanov aux éditions Verdier. Le jury, composé de l’écrivain ukrainien Andreï Kourkov...







Uncategorized     admin     No Comments

Edition 2010

Le 4ème Prix “Russophonie” pour la meilleure traduction du russe en français a été attribué le 30 janvier à Sophie Benech, pour sa traduction du Conte de la Lune non éteinte 642-902 de Boris Pilniak...







Uncategorized     admin     No Comments

Edition 2011

Le 5ème Prix Russophonie 2011 a été décerné à Luba Jurgenson pour la traduction de Apologie de Pluchkine, de Vladimir Toporov aux éditions Verdier, Julie Bouvard pour la traduction de Le Syndrome de Fritz, de Dmitri Bortnikov, aux éditions Noir sur blanc....







Uncategorized     admin     No Comments

Edition 2012

Le 6ème Prix Russophonie pour la meilleure traduction du russe en français a été attribué le 30 janvier à Anne – Marie Tatsis – Botton pour Souvenirs du futur de Sigismund Krzyzanowsky, auteur qui n’avait pas été publié...

// Nos Partenaires